ZOOM|Blog : Isabelle Poliquin - L’événementiel inscrit dans l’ADN

1/12/2017
ZOOM|Blog : Isabelle Poliquin - L’événementiel inscrit dans l’ADN
«C’était tellement mystérieux la job à papa, je ne comprenais pas trop à l’époque», explique Isabelle Poliquin qui baigne dans l’événementiel depuis sa tendre enfance. Son père, promoteur d’événements, possédait sa propre entreprise. Elle le suivait avec son petit calepin, il lui donnait quelques tâches simples, elle se sentait un peu comme son bras droit. Ils organisaient les party de famille ensemble et avant le départ pour des vacances, chacun avait son rôle à jouer. «Quand on allait en camping, mon père voyait à tout, il ne manquait rien. Et moi, j’avais ma liste pour éviter d’oublier ma doudoune, ma brosse à dents. Encore maintenant, je note tout, j’ai un agenda de docteur !» s’exclame Isabelle, dans un éclat de rire, aujourd’hui âgée d’une vingtaine d’années.
Il était pratiquement écrit dans le ciel qu’Isabelle Poliquin s’inscrirait en Organisation d’événements attirée par la possibilité d’animer et de créer d’autant plus qu’elle avait expérimenté l’animation en France en organisant des soirées dansantes et des jeux-questionnaires dans un lieu de villégiature. Elle choisit Zoom Académie parce que son père connait personnellement les professeurs et les juge qualifiés et professionnels. «J’ai moi-même constaté qu’ils avaient l’Événement dans le sang», soutient Isabelle. Elle apprécie que la formation soit donnée à de petits groupes, ce qui facilite les relations autant avec les enseignants qu’avec les étudiants.
Juste au moment où sa formation s’achève, une entreprise réputée dans le domaine de l’événementiel lui fait une intéressante offre de travail comme coordonnatrice qu’elle s’empresse d’accepter. Avec l’équipe, elle travaille sur «C 2 Montréal», un important forum d’affaires réunissant des décideurs et des créatifs de partout dans le monde où on tente des réponses créatives à des questions commerciales.
Avec son brin de folie et son énergie, elle touche à plusieurs autres événements comme responsable de l’animation dont «Montréal en lumières», les «Francofolies de Montréal» et le «Festival International de Jazz de Montréal» pour une autre entreprise en même temps qu’elle occupe son emploi. «J’ai l’impression d’avoir trouvé ma place professionnelle», dit-elle.
Isabelle s’est inscrite à une formation en communication à l’Université Concordia parce qu’elle veut joindre le volet communicationnel à l’événementiel. De quelle façon ? Elle ne le sait pas encore. Mais une chose est sûre, avec toutes les idées qui lui trottent dans la tête, elle trouvera. Puis, elle fait confiance à la vie. «Je sais que toutes les portes s’ouvrent au bon moment», dit-elle avec assurance.

- Clémence Bourget - clemenceetseshistoires.com